Etranger… vu par Fattorius

pl
 
 

Daniel Fattore ressuscite le troisième roman de Philippe Lafitte, Etranger au Paradis, paru en 2006 chez Buchet/Chastel. Un beau billet ! Extrait.


Revoir sa vie en une dernière nuit d’existence. Toute sa vie, de plus en plus vite. Philippe Lafitte signe avec « Etranger au paradis » un récit de vie imaginaire, porté par une plume volontiers allusive, qui s’ouvre avec un premier chapitre original…
« Vous ouvrez les yeux. », commence-t-il en effet. Ce n’est que peu à peu que le lecteur, interpellé, découvre qu’il adopte le point de vue d’un spermatozoïde, celui qui va gagner la course à l’ovule. La poésie et le choix des images restent cependant humano-centrés, faisant naître dans l’esprit du lecteur des images auxquelles, et pour cause, un spermatozoïde n’a pas accès. Et comme le récit est rédigé à la première personne du pluriel, l’auteur intègre son lecteur au roman en l’interpellant – et, en l’espèce, en lui disant, non sans un certain sourire: « Vous êtes un spermatozoïde ». Expérience saisissante…

La suite

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *